Podcasts

Bienvenue dans ADN de champion

Dans ce podcast, on fait des rencontres, des vraies. A Monaco, pendant SPORTEL Awards, les rendez-vous s’enchaînent à une cadence effrénée. Malgré ce rythme très sportif, on a pris le temps d’une pause. Deux micros, un enregistreur. Des sportifs et des sportives de haut vol pour une interview, un échange différent.

Tous ont pour point commun d’avoir brillé sur la scène internationale.

Mais en fait, on avait très envie de les emmener sur un autre terrain. On voulait les laisser fendre un peu l’armure, découvrir des personnalités fortes, voire hors normes. Aborder aussi bien leurs succès que leurs échecs, entrer dans les secrets de leur mental, savoir ce qui les fait vibrer...

Tout ce qui pourrait nous permettre de décoder l’ADN des champions…

#2

ADN DE champion : Samir Aït Saïd

Aujourd’hui, on est avec le gymnaste antibois Samir Aït-Saïd, grand spécialiste des anneaux et membre fidèle de la famille de SPORTEL Awards.

A 34 ans, Samir compte six médailles européennes, dont une d’or en 2013 et une troisième place aux Mondiaux de 2019. Un superbe palmarès qu’il espère enfin enrichir d’une médaille olympique, cet été à Paris.


Entre Samir Aït-Saïd et les JO, c’est une drôle histoire, pas vraiment drôle du tout, à vrai dire. Parce qu’avant de devenir porte-drapeau à Tokyo, avec la judokate Clarisse Agbegnenou, le gym est entré dans les mémoires à cause d’une terrible blessure à Rio, en 2016..

Quatre ans plus tôt, son corps l’avait déjà lâché pour Londres. A Tokyo, en 2021, Samir a bien disputé la finale et terminé 4e.. Mais avec un biceps en lambeau qui l’a freiné pendant une longue période ensuite.

Toutes ces cicatrices, elles font partie de son parcours. Elles ont forgé le mental hors norme d’un homme qui ne renonce jamais et revient souvent plus fort…

#1

ADN DE champion : Arthur Guérin Boëri

Dans ce premier épisode, on partage un moment avec Arthur Guérin-Boëri, un apnéiste originaire de Nice bardé de distinctions.
Huit fois recordman du monde, titré à cinq reprises aux Mondiaux, Arthur est le genre de gaillard capable de parcourir 105 mètres en longueur sous une couche de glace, sans palme et sans combinaison.

Oui, parce que comme si l’apnée n’était pas un sport assez exigeant comme ça, notre homme a la particularité de pratiquer régulièrement dans l’eau très froide.


Avant de découvrir l’apnée sur le tard, comme une thérapie pour fuir un quotidien morose, Arthur était déjà captivé par le personnage de Jacques Maillol dans Le Grand Bleu.

A l’approche de la quarantaine, il est en train de prendre un autre virage. Il s’éloigne de la performance pure et dure pour donner un autre sens à ses aventures à couper le souffle.