8 octobre 2018 Ivan Sarto

Didier Deschamps ou le génie français

Didier DeschampsPar Henrik Lindell

Le sélectionneur de l’équipe tricolore, champion du monde 1998, est unanimement salué pour les choix audacieux qu’il a su imposer et l’esprit collectif qu’il a insufflé à son équipe victorieuse. Il vient de souffler à Zinedine Zidane le titre prestigieux d’entraîneur de l’année  FIFA. L’homme de toutes les victoires sera présent pour rencontrer les fans à la 29ème édition des Sportel Awards à Monaco sous la présidence de SAS le Prince Albert II. Rencontre avec des membres de l’”équipe de France de football prévue le 22 octobre à 20h au Grimaldi Forum.

La France championne du monde ? « C’est la victoire de Didier Deschamps », affirme Frank Lebœuf, son ancien coéquipier de la troupe victorieuse de 1998, dans une interview au Parisien. Il est certain que le sélectionneur français – que l’on compare désormais à l’Allemand Franz Beckenbauer et au Brésilien Mário Zagallo, les deux seules autres stars à avoir soulevé le trophée en tant que joueur puis entraîneur – est pour beaucoup dans la victoire des Bleus. À la tête de l’équipe de France depuis 2012, c’est lui, et lui seul, qui a construit la formation qui a triomphé en Russie.

Imposer un esprit collectif

Réputé humble, discret et pourtant direct, l’ancien milieu défensif a eu le courage de tenter un pari risqué : remplacer progressivement une sélection en crise, dominée par quelques stars individualistes, par un bataillon de jeunes joueurs déterminés. En Russie cette année, pas moins de 14 des 23 joueurs français vivaient leur toute première Coupe du monde. Parmi eux, Kylian Mbappé, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez. Autre mérite : Deschamps a su imposer un esprit collectif à l’équipe, afin qu’elle obéisse à ses choix stratégiques. Finis les comportements extravagants sur la pelouse ou en dehors, comme lors de cette Coupe du monde 2010 de sinistre mémoire, marquée par une ambiance délétère et achevée en fiasco.